English version
 

Autres articles : [1] 2 3 4 5 6 7  >>

[2/2] Pour que passe le courrier, par Joseph Roig.

pages : 1 2 3 4 5 6 7

Les projets en cours et à l’étude

Cependant l’Algérie, poussée par une émulation de modernisme essaya d’un autre côté.
Appliquant la première formule de la supériorité de la vitesse de l’avion sur les autres moyens de communication, une ligne Alger-Biskra commença à fonctionner. Son but était d’atteindre le Niger. Les premiers résultats prouvèrent que le courrier transporté était décevant et que même arrivant au Niger, il ne parviendrait pas à être intéressant.
La recherche d’une clientèle aérienne est donc la base primordiale du succès et avant d’en espérer une, il aurait fallu effacer le souvenir du Général Laperinne mourant, introuvable dans la solitude du désert.
D’ailleurs, les prix de revient de la locomotive aérienne dans ces contrées sont hors de nos moyens.
On pourra certes améliorer les conditions de ravitaillement, mais avant d’ en décider, considérons que la première traversée aérienne du Sahara a coûté une centaine de millions pour deux avions à l’aller seulement.
Messieurs, veuillez bien calculer vous-mêmes le prix de revient d’une ligne régulière.
Il faut donc, pour trouver un peu de clientèle, chercher une capitale, c’est-à-dire un centre postal.
Ce choix n’est pas douteux.
Dakar, capitale de l’ A.O.F. présente déjà la centralisation de tout le courrier France-A.0.F. En outre, port d’escale de l’ancien continent le plus rapproché de l’Amérique du Sud, il peut prétendre à transiter le courrier de l’Afrique du Sud vers l’Amérique du Sud.Voilà ce qui nous change de Biskra et du désert.

Une simple évaluation.

Comment joue la première formule de supériorité aérienne sur cette grande route internationale -
Les Courriers maritimes les Plus rapides mettent en moyenne près de 10 jours de Dakar en France et 8 jours de Dakar à Lisbonne.
Or le raid improvisé des 3 avions de la Ligne Latécoère en mai 1923, a été accompli en 3 jours de Casablanca à Dakar et a démontré qu’en organisation normale, la liaison Pouvait aisément se faire en deux jours.
C’est donc Dakar à 4 jours de Paris. De même Londres, par combinaison de rapides de nuit portant à Paris le Courrier aérien et de la ligne d’avions Paris-Londres, se trouvera à 4 jours au plus de Dakar et celle circonstance attirera la grosse clientèle postaIe du Dominion britannique de l’Afrique du Sud.
Bruxelles, autre capitale intéressée à l’Afrique, offrira également sa clientèle.
Le gouvernement belge a même déjà commencé à s’intéresser à la Ligne France-Maroc.
Ses courriers maritimes sont en liaison à Casablanca, avec le courrier d’avion en provenance ou à destination du Congo belge. Cependant, il ne s’agit que d’un gain de deux à trois jours. A plus forte raison, la voie aérienne sera-t-elle empruntée lorsque ce courrier aura à son actif un gain de 6 jours ?
Ajoutons une considération d’homme d’affaires.
Le télégramme de Casablanca-Paris coûte 30 centimes le mot et :celui de Dakar-Paris coûte 3,50 F. Pour l’Amérique, les correspondances européens des grandes affaires sud-américaines et sudafricaines auront intérêt à posséder à Casablanca des Agences qui seraient, comme actuellement à Lisbonne, port d’escale postale, un relai de courrier. Elles n’y gagneraient pas seulement du relevant de la Bourse ou des Agences de Paris.
Sans nous perdre dans des statistiques compliquées et pour nous inspirer simplement de l’expérience, nous calculerons que le 1/16è du courrier qui transite actuellement par Lisbonne seulement, suffirait à alimenter cette ligne en courrier postal sans avoir besoin de la clientèle voyageurs. Le courrier étant le frêt de beaucoup le plus rémunérateur, le rendement financier de la ligne serait de 15 fois plus élevé que celui de France-Maroc, alors que son exploitation ne coûterait certes pas plus de 3 fois plus cher, à cause dela distance. Or, l’actuel courrier France-Maroc a conquis le 1/3 exactement du trafic postal marocain. On voit donc que la prétention de capter le 1/16 du courrier transitant à Lisbonne sans compter le courrier de Bordeaux qui est, lui aussi fort important, n’a rien que de très modéré.

Comment aller à Dakar?

Il semble superflu de poser cette question puisque l’expérience tentée par 3 avions Latécoère en mai dernier a parfaitement réussi. Si bien réussi qu’elle n’a donné lieu, faute d’angoisse, de drame, de sensationnel, à aucune publicité pour ainsi dire.
Cependant, elle a éveillé des appétits et par conséquent provoqué des rivalités qui, faute de démonstration à opposer, ont été basées sur des influences politiques, Cela ne suffit pas toujours à avoir gain de cause, encore moins à transporter des lettres, Mais cela suffit généralement à remporter une subvention et entraver l’ oeuvre utile.
S’il m’était permis d’entamer ici ce chapitre, j’oserais déclarer que certains politiciens français nous coûtent encore plus cher que l’essence étrangère, Mais cela sortirait du cadre de notre exposé. Qu’il nous suffise d’en revenir à notre objectif essentiel de limitation des efforts !
La meilleure garantie contre les déviations d’influence politique est de faire confiance à un homme qui ait déjà fourni des preuves.
En matière d’aviation, il est encore impossible de truquer. Si l’entrepreneur ne fait pas largement son devoir, s’il n’apporte pas une attention intense chaque jour à sa tâche, non seulement son courrier ne fonctionnera pas régulièrement mais, le drame des Airs imposera bientôt sa sanction de publicité dramatique. La médiocrité n’est pas possible.
Il semble donc qu’une entreprise qui fonctionne depuis 4 ans à la complète et enthousiaste satisfaction de la clientèle mérite qu’on fasse converger vers elle, les efforts limités dont on dispose et qu’une déclaration claire, formelle, permette à l’opinion raisonnable de se rallier pour l’effort commun.

pages : 1 2 3 4 5 6 7

 

Retour

 


Plan du site | Contact | Mentions légales| Haut de page

Dernière mise à jour : 1er aout 2017 à 15:57:53