English version
 

Autres articles : [1] 2 3 4 5 6 7  >>

[2/2] Pour que passe le courrier, par Joseph Roig.

pages : 1 2 3 4 5 6 7


Actuellement, 70 avions assurent le service de la Ligne Toulouse-Casablanca qui fonctionne sans interruption et par toutes les saisons. Les départs ont lieu de Toulouse à 9h du matin tous jours. L’arrivée a lieu à Casablanca le lendemain vers midi.
En été, les départs ont lieu à 6h et le voyage se fait dans la même journée.
Un voyageur quittant Toulouse le matin peut coucher à Casablanca le jour même. L’avion fait escale à Barcelone, Alicante et Malaga. Halte à Tanger et à Rabat, avec changement de pilote à chaque escale.
Les avions de la Ligne Toulouse-Casablanca ont parcouru à l’heure actuelle, c’est-à-dire au 1er décembre 1923, plus de 4 100 000 km, soit plus de 100 fois le tour du monde, décomposant en:
173 900 km en 1919
553 450 km en 1920
1 171 200 km en 1922
1379 250 km en 1923

En octobre 1922 la Compagnie Générale d’ Entreprises aéronautiques (Lignes Aériennes Latécoère) a inauguré la ligne Casablanca -Oran par Rabat et Fez. Le service est actuellement limité à 2 courriers par semaine (aller et retour), Enfin cette année, la Ligne a poussé une antenne jusqu’à Marseille. Le courrier partant de Marseille de bon matin rejoint l’avion postal à Perpignan et lui remet sa correspondance qui peut ainsi arriver à Casablanca en même temps que celle de Paris et de Bordeaux.
Le seul perfectionnement désirable serait de faire partir la Ligne de Bordeaux où le courrier de Paris arrive plus tôt le matin qu’à Toulouse, L’horaire en serait très facilité et les avions pourraient, sauf pendant les jours les plus courts de l’année, boucler le parcours dans la même journée.
Cependant, depuis la création des Lignes aériennes Latécoère France-Maroc, de nombreux autres projets ont vu le jour et même le jour de l’inauguration, Alger, Tunis, Oran, n’ont pas été sans se piquer d’émulation à l’annonce que leur cadette Casablanca expédiait son courrier à Paris dans les 24 heures quotidiennement, La richesse financière de l’Algérie lui a même permis de faire un gros effort de subvention pour appeler des avions, soit par un embranchement sur la ligne France-Maroc, soit par une ligne directe de Marseille.
Des hydravions ont tenté d’abord l’escale de Corse, puis la traversée jusqu’à Tunis.
Sauf l’embranchement Casablanca-Oran, aucune de ces lignes n’a encore fonctionné normalement ; cependant que France-Maroc est quotidien dans les deux sens et régulier depuis plus de 4 ans.
C’est que par mer, il faut un minimum de 3 à 4 jours entre la France et le Maroc et que la marche des paquebots coûte trop cher.
Le Maroc a connu un Service maritime mensuel puis bimensuel, puis hebdomadaire et aujourd’hui, au meilleur moment de la saison, un courrier tri-hebdomadaire met 5 jours pour venir de Paris.
Mais l’avion est quotidien à 24, 36 ou 48 heures au plus de Paris, Si l’on calcule en "commerçant" qui considère l’échange de courrier, on trouve un écart d’une semaine entre la réponse par bateau et la réponse par avion.
La supériorité aérienne est donc manifeste pour le Maroc.
Au contraire, les ports d’Algérie et de Tunisie sont reliés à Marseille et à Port-Vendres par des paquebots très rapides dont les services divers peuvent se conjuguer au moyen de chemins de fer à voie normale d’Algérie.
Le gain par avion subsiste bien, mais n’est pas suffisant pour s’imposer.

pages : 1 2 3 4 5 6 7

 

Retour

 


Plan du site | Contact | Mentions légales| Haut de page

Dernière mise à jour : 1er aout 2017 à 15:57:53