English version
 

Autres articles : [1] 2 3 4 5 6 7  >>

[1/2] Pour que passe le courrier, par Joseph Roig.

pages : 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12

 


Le Colonel Benz.


L’accueil fut particulièrement cordial. Le Colonel Benz avait arboré la Croix d’officier de la Légion d’Honneur que le Gouvernement Français lui avait décernée pour sa contribution à la destruction d’un croiseur allemand caché en 1916 dans la baie de Villa Cisneros.

Je pus laisser dans le fort l’essence, l’huile nécessaires au ravitaillement de la mission aérienne prévue. Je pus aussi marquer à la chaux les quatres angles de l’aire d’atterrissage ( travail que je dus faire seul pour des raisons de sécurité, m’affirma le Colonel Benz) car les militaires ne quittaient le fort que pour aller à l’île «la Casa de Mar ».
La démonstration convaincante de Cervera leva toutes les difficultés car je n’avais aucun document officiel, ni français, ni espagnol, m’autorisant à travailler dans le Rio de Oro.


La barre de Cap Juby.


Après avoir pris congé de nos hôtes, nous avons refranchi à bord de la barcasse du fort une barre difficile ; nous avons levé l’ancre pour reprendre la route vers le Sud, sans trop frôler la côte car nous gardions le souvenir de
« l’ Empereur du Sahara » et de l’aventure malheureuse de la Frasquita raclant un haut-fond à Tarfaïa. Mais cette côte qui marquait pour moi la route future du courrier, je la suivais en permanence à la jumelle avec une curiosité mêlée d’appréhension.
Nulle vie ne se manifestait sur les bords, et pourtant les cartes marines et terrestres dont je disposais, portaient des noms de Segguias dont je ne devinais pas l’embouchure. Les caps qui avançaient dans l’Océan avaient bien des noms, mais rien n’indiquait si les anses étaient animées par des activités de pêcheurs. J’aurais bien voulu aller à la côte, mais la fameuse barre infranchissable avec les moyens du bord, m’interdisait tout essai qui aurait été sûrement un danger.
Par une radieuse matinée, nous entrons dans la baie de Villa Cisnéros où nous attendaient le Docteur Militaire, le Commandant Sanz ainsi que le Capellan (curé) catalan dont la chapelle consistait en un simple maître-autel ancré dans le mur à l’intérieur du fort.


Villa Cisneros.


pages : 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12

 

Lire, Écouter, Voir, ... Lire, Écouter, Voir, ...

 
Archives 1922 - 3 - Lettres à Messieurs Walter & Roig lang=fr télécharger ouvrir
 
Archives 1922 - 5 - Lettres à Monsieur Roig lang=fr télécharger ouvrir

 

Retour

 


Plan du site | Contact | Mentions légales| Haut de page

Dernière mise à jour : 1er aout 2017 à 15:57:53